titre_THEMATIQUES_4_19

pictos_OGM_ENJEUX_033Documents

null3

OGM – ETHIQUE ET DEMOCRATIE

1 – démocratie :

la conférence des citoyens de 1998 sur les organismes génétiquement modifiés :

fleche_droite1998/06/20 Le Monde « examen de passage » populaire pour les plantes transgéniques
  par Catherine Vincent

Samedi 20 Juin à 9 heures, commencera la première Conférence de citoyens organisée en France. Son thème, « L’utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) en agriculture et dans l’alimentation », est hautement polémique. Deux jours durant, un groupe d’experts et un panel de quatorze citoyens, sélectionnés de façon aléatoire par l’IFOP, vont en débattre publiquement. Au terme de cet exercice démocratique, il reviendra aux quatorze « profanes » d’élaborer un texte donnant son point de vue et ses recommandations sur l’avenir de cette technologie.
Organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst, Assemblée nationale), ce débat s’inspire directement du modèle mis au point au Danemark où les « conférences publiques de consensus » font partie du dialogue politique depuis plus de dix ans et repris dans son principe par plusieurs pays d’Europe du Nord (Pays-Bas, Allemagne et Grande-Bretagne).

fleche_droite1998/06/24 Le Monde Le « oui mais » des citoyens aux plantes transgéniques

LES QUATORZE « profanes » qui ont participé, samedi 20 et dimanche 21 juin, à la Conférence de citoyens sur l’utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) en agriculture et dans l’alimentation (Le Monde du 23 juin), ont rendu leur avis lundi 22 juin. Voici leurs principales conclusions.

fleche_droite2000, vol 50 UN EXEMPLE DE DEMOCRATIE PARTICIPATIVE :

Persée, revue française de science politique – volume 50 août-octobre 2000

fleche_droitela conférence de citoyens sur les organismes génétiquement modifiés

Daniel Boy, Mme Dominique Donnet Kamel, Philippe Roqueplo

Résumé
Une « conférence de citoyens » sur le thème des plantes génétiquement modifiées a été organisée les 20 et 21 juin 1998 dans le cadre de l’Assemblée nationale. Le modèle de ces « conférences de citoyens » nous vient du Danemark qui, le premier, a utilisé ce nouveau mode de délibération sur des enjeux scientifiques et techniques. Comment cette méthode a-t-elle été adaptée au cas français ? Quelle signification lui accorder du point de vue politique ? Sur quelle légitimité reposent les délibérations d’une quinzaine de « profanes »? S’agit-il d’un nouveau mode de consultation à la disposition des décideurs politiques ou doit-on considérer ces conférences comme de simples contributions au débat public sur des enjeux contestés ?

fleche_droiteAnnales des Mines – février 2003 par Laurent Midrier et Julien Pouget
OGM : les champs de la controverse -1997-1998- deux années qui ont tout changé

Parler des organismes génétiquement modifiés (OGM), c'est in fine s'interroger sur le rôle de l'Etat aujourd'hui, de la définition du bien commun et de l'intérêt général. Le raccourci peut paraître rapide mais les OGM nous posent aujourd'hui des questions fondamentales qui affecteront nos vies demain et qui mettent à l'épreuve nos paradigmes.

2 – comment débattre ?

fleche_droiteComment instruire le débat OGM ? Par Michel Griffon :  » Il faudrait créer un parti du débat ».

Auteur de l'ouvrage « Nourrir la planète » paru aux éditions Odile Jacob, Michel Griffon, responsable « Agriculture et développement durable » à l'Agence Nationale pour le Recherche (ANR), répond à la question comment instruire le débat OGM.
Dans cet entretien, il aborde le cadre général du débat OGM, insiste sur la question des OGM du point de vue des pays en voie de développement, élargit le débat autour du thème de l'artificialisation de la vie et conclue sur la façon d'instruire le débat OGM de nos jours.
Voilà qui établit que cette question du débat se pose depuis longtemps.
Noter que cet article est suivi par une riche documentation.
Agrobiosciences (Sud-Ouest – Toulouse) est une plate-forme publique sérieuse qui dispose de moyens

fleche_droite2012/10/20 Fance-Culture : Comment informer de façon neutre sur les OGM ? Le secret des sources :

Le 19 septembre dernier, le Nouvel Observateur publiait en exclusivité une étude scientifique menée dans le plus grand secret par l’équipe du chercheur en biologie moléculaire Gilles-Eric Séralini. Pendant deux ans, des rats ont été nourris au maïs OGM NK603 et les résultats montrent un nombre très important de tumeurs. Cette étude est la première de si grande ampleur et pourtant les critiques ne se sont pas fait attendre. Les études scientifiques donnent souvent des résultats contradictoires. Dans ces conditions, comment les journalistes peuvent-ils informer correctement sur les OGM ? Quelles sont les études vraiment fiables ? Comment identifier les liens de certains laboratoires avec l’industrie ?

 

3 – éthique

fleche_droiteL'éthique des sciences : entre liberté et responsabilité – 3 avril 2015

Telle est la question que pose Catherine Larrère en introduction de l'Ecole-chercheurs co-organisée par l'Académie d'Agriculture de France, l'Inra et le Ministère de l'Agriculture le 11 mars 2015. Dans cette conférence, elle identifie trois grandes étapes au cours desquelles s'est constituée la réflexion éthique sur les sciences. Un propos que la Mission Agrobiosciences vous invite à découvrir.

fleche_droite2014/07/04 L’affaire Séralini et la confiance dans l’ordre normatif dominant de la science.

Par Florence Pironet Thibaut Varin,Université Laval – toute « l’affaire Séralini »

Cet article est sous licence CC BY SA. Pour le lire en intégralité, vous pouvez le télécharger ici en pdf

D'où vient la confiance dans la science ? Comment est-elle nourrie et renforcée? Dans un contexte où, au prétexte de la crise des finances publiques, les politiques scientifiques nationales semblent privilégier la voie du financement de la science par des partenariats avec le secteur privé, notamment la grande industrie[1], la confiance dans la science reste un argument majeur pour justifier le maintien ou même le renforcement du soutien de l'État à la recherche scientifique. L'enjeu de la confiance dans la science apparaît ainsi fondamentalement politique et non pas seulement éthique : une science inspirant confiance aux citoyens/contribuables pourra justifier son financement par les fonds publics, par la richesse collective.
Excellent article (étude) traitant tous les aspects des controverses autour de l’étude Séralini (sept 2012) sur les rats, c’est donc un texte long, mais riche et passionnant.

fleche_droite2011 « Les OGM à l'épreuve des arguments » (catégorie livre)

OGM et Société, Agrobiosciences, novembre 2011 ; Les OGM à l’épreuve des arguments, Sylvie Berthier et Valérie Péant, Ed. Quae

OGM : impossible débat ? En dépit de la multiplicité des débats OGM en France, la plupart des observateurs ont le sentiment qu'il en ressort souvent une confrontation stérile des points de vue, alors que, parallèlement, les questionnements n'ont cessé d'évoluer et de se déplacer depuis plus de vingt ans. Aujourd'hui, quels sont exactement les points qui divisent les acteurs des controverses ? De quelle nature sont les arguments et à quels registres plus ou moins implicites se réfèrent-ils : scientifique, économique, politique, moral ?…